VBL

LE BILLET DE VBL

Printemps maussade. Les jours les plus longs sont en train de passer sans qu’on ait pu profiter de soirées chaudes et prolongées dans nos jardins, nos parcs et nos plages. S’il n’y avait que le temps… passe encore : on n’y peut rien autant s’y faire.

Mais le climat du pays s’y est mis. Aussi. Le premier mondial féminin se joue en France et pour fêter entre amis l’évènement sportif, une banque populaire nous propose un « crédit consommation ». Le piètre état de nos finances ne saurait nous empêcher de participer à l’engouement national. Merci. Nous pouvons soutenir dignement les Bleues. Il faut bien que nos énergies et nos espoirs se placent quelque part. Devant nos écrans, spectateurs en liesse, nous allons vibrer de toutes nos forces pour cette équipe et la coupe du monde qu’elle nous promet. Pendant ce temps, Macron et son gouvernement sont eux à leurs petites affaires dont on oublie, passion foot oblige, qu’elles sont avant tout les nôtres. Et qu’ils s’emploient avec méthode et détermination à ce qu’elles aillent de mal en pire.

Réforme des retraites, réforme des allocations chômage, Indifférence face à l’état de santé de nos services hospitaliers, urgences en priorité, pourparlers pour la privatisation de certains tronçons des routes nationales, entre autres, la casse sociale mérite bien un acte 2. Aux infos, pour le commenter, on nous met sous perfusion 24 heures sur 24 de tranquillisants et d’antidépresseurs. Le chômage baisse, l’investissement repart, les impôts diminuent …

Qu’est ce qu’on attend pour être heureux ? La majorité d’entre nous ne l’est elle pas enfin d’ailleurs qui aurait soigneusement rangé son Gilet Jaune, symbole de « la foule haineuse »? Certains, nombreux, pour endosser le maillot tricolore, d’autres pour tenter d’ acquérir « une forme de sagesse », les derniers convaincus qu’ils n’avaient aucune légitime défense contre l’attaque de leurs droits à vivre dignement.

« Ce n’est pas parce qu’une main a été arrachée, parce qu’un œil a été éborgné » qu’il y a eu faute des forces de l’ordre et « que la violence est illégale ». La messe est dite. Absolution.

Il pleut, le ciel est gris et bas en ce vendredi de Juin. J’attends, j’espère demain.

Le jour se lèvera-t-il ? Sera-t-il jaune comme je l’aime, ensoleillé d’indignation et de désir de vie ? Au fait, est ce qu’il y a foot samedi ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *